Hier soir pas longtemps après avoir posté le message sur les gros cul américain, on est allé se coucher et il y avait 2 pies jacasseuse qui n'ont pas arrèté de parler fort et de rire justqu'a 3h du matin. On a été sympa avec eux, et on a attendu 5h du matin pour être bruitant lors de notre départ vers le mont algonquin.

A notre grande surprise, le matin venu, la météo qui annonçait de la faible pluie tout la journée, il faisait humide mais pas de pluie!! Quel joie, on s'est dépèché à ramasser nos choses, monter nos sac à dos avec notre équipement requis pour la randonnée ( et aussi le superflu )

Sur le chemin vers notre grand départ on a bien rigoler a regarder les réseaux sans fil non protégés qu'il y avait partout aux alentours de Lake Placid. Il y en avait à la peltée.

Une fois rendu à notre point de départ, on signe le guest book à l'entrée et on marche. Bruno ma fait savoir au moins vingt-cinq fois qu'il était content de ses gates et que c'était un très bon achat. Tout se déroule à merveille, toujours pas de pluie et nous venons juste de passer Marcy damn. On accélère le pas un peu afin de se rendre à destination rapidement pour arriver à un pu de pont.
Traverser une rivière
C'était nullement indiqué nul part dans le sentier ni au parking que le pont avait disparu un peu comme par magie. Oui oui damme nature joue bien des tours. Rendu la on était un peu perplexe, on ne voulait pas retourner sur notre chemin, car avalanche pass était le sentier que nous voulions vraiment prendre afin de faire usage de notre location de crampons. Donc le pont étant absent, on ne pouvait faire autrement que de traverser le ruisseau (ruisseau parce que sur la pancarte on lisait Bridge Close!Use Caution when crossing Stream mais à 8h du matin on avait pas le gout de se mouiller surtout que le soit disant ruisseau ressemblait plus a un déluge. Il faut pas oublier qu'il a plu toute la journée de samedi donc beaucoup d'eau y coulait. On a cherché des endroit ou l'on aurait pu traverser sans se mouiller, on a essayé sans succès de placer des billots de bois mais ils étaient toujours emporté par le courant. On a finalement traversé sur un arbre mort qui n'avait pas l'aire très solide, mais après une bonne heure, de gossage pour trouver un endroit ou traverser, on ne pensait plus trop à la solidité du tronc mais plutôt au temps fou qu'on perdait à le regarder et vouloir qu'il soit dans de meilleurs conditions. On aurait aussi pu attendre que toute l'eau aie fini par couler mais le temps nous pressait.

Une fois de l'autre coté, on a marché longtemps en longent deux petit lac, c'était très jolie malgré le fait qu'on ne voyais absolument rien à plus que 30 mètres. On a vu des choses étrange mais c'était très jolie. J'en ai même profité pour escalader un magnifique bloc sur le bord su petit lac. Cette photo est prise du sommet du petit bloc que j'ai escaladé en bottes de marche.
Superbe vue d'un lac calme
Un peu plus loin lorsque nous sommes finalement arrivé à avalanche pass, on a attaqué cela en grande, on raccourcit les battons croyant que la monté abrupte était pour commencer, mais on s'est vite rendu compte que ça serait pour plus tard la monté, encore du plat, pourtant on est supposé monter le 2e plus haut sommet des adirondack! Donc on continue de marcher pour se trouver face à un autre petit ruisseau. On se regarde se disant "pas encore..." mais celui la était beaucoup moins large, profond, et beaucoup moins d'eau y coulait. On fait quelques manœuvres précaire pour se rendre de l'autre coté, on est contant, on prend le rythme de la marche. A peu près 50m plus loin, on se trouve perpendiculaire à ce ruisseau pour une deuxième fois, pas le choix on le traverse. Finalement on l'a traversé au moins 5 fois. Pas beaucoup plus tard, le sentier passe littéralement dans le lit du ruisseau et comme par hasard il y avait beaucoup d'eau encore une fois... C'était très technique toutes ces traversées et ses monté sur de la roche mouillé et glissante.

Finalement après beaucoup d'efforts, on est rendu sur Border Peak. On bifurque vers la gauche afin d'aller faire un petit détour pour cocher un autre peak sur notre liste des 46 high peaks des adirondacks, mais on avait pas beaucoup d'information sur ce peak. on a suivi le sentier un certain temps, mais on voyait absolument rien devant nous. Les indications était absente et le sentier s'est mit a descendre à un rythme qui nous faisait peur. Il faut pas oublier qu'on a perdu un temps fou à traverser le premier ruisseau et on avait l'intention d'être sortis de la foret avant la noirceur. on décide de rebrousser chemin croyant que le sentier continuait de l'autre coté de Iroquois peak. Pour les puriste cela veux dire que l'on a échoué. Rendu sur Border Peak ou il y avait un embranchement on s'attaque à algonquin. Bruno décide de prendre une pose car il avait une crampe dans la jambe gauche, mais je n'était pas au courent de cela donc j'ai continué le chemin tranquillement justqu'au sommet de algonquin. Je suis arrivé environ deux minutes avant mon collègue de randonné.

suite de l'histoire par Bruno:

oui j'avais une essstii de crampe ! j'étais inquiet pas mal parce quand elle m'a pogné je suis venu la cuisse dure comme du bois et la jambe est venu toute droite. Mais finalement une fois passé j'en ai pas eu d'autres. Une fois rejoint Charles au sommet de Algonquin c'était super :-) Ok on avait pas de vue pour nous récompenser mais on quand même atteint le 9e plus haut sommet du Nord-est dans des conditions ordinaires. Sur le sommet on a bien rit. c'est le seul endroit de la journée ou il faisait assez froid. On ne voulait pas trop s'éterniser là mais on a pris le temps d'exécuter notre petit concept qui avait été conçu à la chambre d'hôtel la veille. Dans le livre de randonnée ça disait que tous les efforts de la montée de avalanche pass étaient largement récompensés au sommet !! hmmmm ouais nous on avait pas ça la vue pour nous récompenser, alors on a apporter nous même notre petite récompense... (voir la vidéo)Vidéo de 23mb

<object width="425" height="355"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/FEBKCX-mmnI&rel=1"></param><param name="wmode" value="transparent"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/FEBKCX-mmnI&rel=1" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="425" height="355"></embed></object>

On a commencé la descente. Même de l'autre versant de la montagne le sentier suivait encore un ruisseau. On devait descendre des pentes assez abruptes avec l'eau qui coulait sous nos bottes en plus ! ouch.

Après beaucoup de temps de descente on a vue l'embranchement qui indiquait le Mont Wright. Mais on c'était déjà entendu qu'on allait remettre ça à une autre fois.

Un peu plus tard on voit un gars arrivé tout bonnement face à nous. en souliers, et pas de bâtons de marche mais plutôt un parapluie à la main !! il nous demande combien de distance restait pour le sommet. puis ces deux copains sont arrivés. Très sympathique, on a jasé un bon bout mais ils n'étaient tellement pas bien équipés pour la température qu'il faisait que ça en était freakant! C'était un américain, un Chilien puis un Indien. On a peut-être halluciné dans le fond ? peut-être de l'hypothermie ?

En continuant notre chemin on arrive à une autre très belle chute.

Ensuite le sentier devient bien plat et nous ramène gaiement jusqu'à l'auto.

Il commence déjà à faire moins clair et il n'est que 16h41.

  • Donc en étant parti à 7h le matin, ça a fait une boucle de 18km en 10h.
  • En enlevant le pont brisé qui nous a enlevé une heure.
  • En enlevant ma crampe qui nous a enlevé 1/2 heure.
  • En enlevant la bifurcation vers le mont Iroquois manqué qui nous a enlevé 3/4 d'heure.
  • En enlevant le temps pour les photos.
  • En enlevant les arrêts pipi.
  • etc etc etc
  • Donc on a fait 18km en 1h 20 minutes ! incroyable !!


À l'auto on a pris nos vêtements sec et on est rentré dans l'information center d'où on était. Juste le temps de se changer les deux, quand on est sorti il faisait vraiment noir dehors !! à 17h00 Wow on a vraiment timé notre journée correct !

On embarque dans l'auto bien content, on arrête une dernière fois au dépanneur au États-Unis et ils ont vaiment été concept avec nous. Et oui comme à notre arrivé la veille, on a encore vu un super gros big cul d'américaine comme dernière image avant de partir.

Puis pas le choix on devait repasser au douane. On était très bien attentionnés de dire qu'on avait des fruits des états. Mais on a vite compris qu'elle n'en avait rien à foutre. Avez-vous de l'alcool ou du tabac! nonnn Ok c'est beau!

Suite du retour parfait dans l'altima 2002 muni d'un super cruise protecteur de tickets de police.

Arrivé chez Charles à 10:22pm